Un homme dans un bar improvise un mashup de Dr.Dre au piano


Après quelques bières un homme s’est fait plaisir dans ce bar situé en Arizona en improvisant un petit mashup de Dr.Dre au piano avec les chansons « Still Dre » et « What’s the Difference ». Classe.






10 commentaires

  1. Les jeunes bancs aiment trop la musique de noir mdrrr les boloss

    RépondreRépondre
  2. @Kader: les bancs écoutent de la musique?

    RépondreRépondre
  3. @Kader: garde ce genre de commentaires pour toi. Musique de noirs et alors! Il faut donc appartenir à une ethnie pour pouvoir apprécier un style musicale? Pour info, Il y a des rappeurs blancs également tels que Macklemore et Eminem. De plus, T’as peut être oublié que Dre est un pote d’Eminem. Et pour finir, je suis black. A bon entendeur…

    RépondreRépondre
  4. @Kader crétin ! La musique n’a pas de couleur. Musique de noir fait avec de la musique de blanc si tu veux allez dans le fond des choses. Tiens pour ta culture général : https://youtu.be/1CNDUMhyjUw

    RépondreRépondre
  5. kakader le bèrbère

    kader le gros ciste-ra, ah ouais c’est vrai, il n’y que les blancs pour être raciste

    RépondreRépondre
  6. Depuis que j’ai quitté mon job pour développer ma boite, je me suis pour des raisons évidentes, beaucoup rapproché des communautés noires vivant en France. Et plus je fréquente mes congénères, plus les raisons de notre échec collectif me paraissent évidentes. Qu’ils soient immigrés, nés en Occident de parents immigrés ou adoptés, les afro descendants traînent de terribles handicaps qui les maintiennent littéralement dans les couches sociales inférieures. Un des problèmes qui empêchent le plus durablement la communauté noire dans son ensemble d’avancer vraiment vers le progrès réel et l’amélioration est l’absence d’un processus de réflexion individuelle porté sur la connaissance et la conscience de soi. Cette connaissance de soi-même qui passe par une reconnaissance du fait que nous souffrons de traumatismes profondément enracinées dans notre ADN, et par là même du refus de se saisir de ces questions et donc de les résoudre de façon définitive. Je pense qu’à un certain point, nous devons accepter la dure vérité, aussi désagréable soit-elle. Comme je suis quelqu’un qui n’a pas sa langue dans sa poche, je préfère les dire, quitte à choquer !

    1. Nos propres jalousies fraternelles, compétitions et luttes intestines, la réticence à se soutenir les uns les autres et la mesquinerie vis-à-vis d’autres noir(e)s sont les PRINCIPAUX obstacles qui nous empêchent d’avancer collectivement.

    2. Nous nous en prenons les uns aux autres parce que nous sommes incapables d’atteindre le véritable ennemi.

    3. Beaucoup de noirs souffrent de sévères traumatismes mentaux et ont un réel problème identitaire et d’estime de soi, mais nous refusons de voir la réalité en face.

    4. L’ennemi du noir ce n’est pas l’autre noir. Ni le blanc. Encore moins l’asiatique ou le juif.

    5. Se méfier instinctivement de tous les blancs et les accuser pour n’importe lequel de nos maux est un des symptômes de notre maladie mentale.

    6. Jouer les activistes du web, se défouler et extérioriser son énergie sur les réseaux sociaux, c’est bien beau. Mais mettre cette énergie à profit en créant des entreprises, faisant des études, réalisant des projets ambitieux, c’est infiniment mieux.

    7. Avoir 100 000 followers sur les réseaux sociaux ne sont pas des accomplissements significatifs. Ils ne valent que dalle !!! En fait, le nombre de personnes qui vous suivent ne définissent pas votre utilité sociale. Des followers, Hitler en avait des millions. Jésus, seulement 12. Ce qui compte ce n’est pas COMBIEN vous suivent, mais QUI sont ceux qui vous suivent.

    8. Non, ce n’est pas trahir sa race (ou sa communauté) que de devenir une personnalité importante ou une superstar dans un monde de blancs.

    9. Aussi grande que soit votre maison, aussi fantaisiste que soit votre voiture et aussi chers que soient vos bijoux, les blancs ne vont JAMAIS être impressionnés plus que ça ou avoir plus de respect pour vous. Pour eux, vous êtes juste un autre négro comme les autres…qui a réussi.

    10. Beaucoup trop de gens se pressent vers la lumière non pas pour mieux voir, mais pour mieux briller.

    11. La véritable reconnaissance ne vient pas des fans ou des amis, mais plutôt de vos pairs et de vos égaux.

    12. Dénigrer les couples mixtes, revendiquer vos racines Kemites, traiter les autres de bounty / vendu … ne font pas de vous de meilleurs noirs.

    13. Réciproquement, chercher à vous entourer exclusivement de blancs et éviter les communautés noires de peur d’être assimilé aux autres noirs ne changent rien au fait que vous êtes noir(e). En fait, pour les autres, vous ne serez ni plus ni moins que le (ou la) black de service.

    14. Avant d’être des noir, nous sommes des individu libres desquels l’humanité attend quelque chose, peu importe nos états d’âmes.

    15. Les gens n’aiment pas la Vérité. Mais ça la Vérité s’en fout!

    BONUS : Etre homophobe ne fait pas de vous un VRAI noir proche de ses traditions africaines. L’Afrique n’est devenue un continent homophobe que récemment, sous l’influence nocive d’églises et autres religions importées par ces mêmes que nous accusons de tous nos maux.

    RépondreRépondre
  7. @Gayblack: Pitié, qui va lire ton ramassis de merde ?

    RépondreRépondre
  8. C’est qui Dr.Dre?

    RépondreRépondre
  9. @Mouarf: quand tu sauras tu te sentira bien con d’écouter Black M, Maître Gimms…

    RépondreRépondre
  10. @Mouarf: C’est le docteur qui triffouille la chatte à ta mère

    RépondreRépondre