Hola Llamigo (court métrage)


Le niveau des courts métrages étudiants a grandement évolué ces dernières années, pour preuve celui-ci nommé Hola Llamigo et réalisé par Charlie Parisi et Christina Chang qui nous raconte l’histoire d’un petit garçon et de son papa qui élève des « Piñata ».






9 commentaires

  1. Je vous souhaite un bon ramadan

    RépondreRépondre
  2. Apologie du crime

    @Kader: Ramdoullah ma frère

    RépondreRépondre
  3. @Kader: je vois pas le rapport avec le dessin animé, mais joyeux Ramadan!

    RépondreRépondre
  4. Ah… pas de sucreries pendant le Ramadan?

    RépondreRépondre
  5. Apologie du crime

    @Kader: Comme ça tu pourra fermer ta sale gueule jusqu’à la tombé de la nuit lol

    RépondreRépondre
  6. Le plus ironique dans tout ça face à la monté de l’islam c’est qu’un jour viendra ou VOUS ou vos enfants ou petits enfants ferons aussi le ramadan
    mashallah mes frères lol comme vous dites

    RépondreRépondre
  7. Apologie de la chatte à kader

    @Kader: Nardinamouk ! Bismillah jvé te trancher façon poulet halal !!

    RépondreRépondre
  8. Apologie du crime

    Après toute une matinée a regarder BFM tv et I télé je me décide enfin a allé en centre ville pour faire des courses.
    Mon frigo étant quasi vide je sort du supermarché chargé comme une mule.
    N’étant pas véhiculé je commence l’ascension pour remonter chez moi, ce n’est pas loin mais la pente est assez raide.
    Le ventre vide je peine a remonter quand soudain une clio bleu s’arrête près de moi et ouvre la fenêtre.
    Je me penche pour voir le conducteur et la horreur et damnation, je me rend compte que l’homme barbu est d’origine maghrébine.
    M’attendant a être exécuté sur place l’homme me dit d’un ton calme:  » tu veux que je te remonte? »
    Me sentant menacé par un probable membre de Daesh ou d’Al quaida, je m’exécute les jambes tremblantes.
    C’est ainsi que je me retrouve otage d’un fanatique religieux.
    N’osant croiser ses yeux emplit de haine je cherche du regard une aide dans la rue, en vain.
    C’est a ce moment qu’il choisit pour me dire: « Tu avais l’air entrain de galérer avec tes sacs »
    Je lui répond avec une voix plein d’angoisse: » Oui mais j’ai l’habitude »
    Pensant que je joue au héro il me répond toujours de son ton froid et professionnel:  » Tu as raison ça fait du sport »
    Sentant ma dernière heure arrivée et pensant a l’émission d’Arthur que je ne verrais pas ce soir, il me demande si il peux me relâcher a cet endroit.
    Je lui répond que oui ça va aller, que je ne suis plus très loin de chez moi.
    Il stoppe donc son véhicule sans doute bourré d’explosif et me permet de retrouver la liberté.
    Me narguant d’un « Bonne journée » je regarde sa voiture disparaître dans la circulation.
    Je viens de finir d’écrire ses mots et m’en vais de ce pas changer de caleçon.

    RépondreRépondre
  9. Apologie du crime

    Puis avant de dormir je me suis rendu compte que je n’avais plus mon porte feuille…

    RépondreRépondre