50 Nuances de Grey : Une première bande annonce (VOST)


50 Nuances de Grey le bouquin pseudo-érotique pour ménagère de moins (et plus!) de 50 ans se voit adapté au cinéma. Ça sort au cinoche le 11 février prochain. Ça sera sans moi, j’ai piscine ce jour-là.

Loading the player ...





11 commentaires

  1. ouais ca s’appelle un film de cul quoi, vite fait ils ont rajouté un petit scénar ridicule, mais bon, autant se branler chez soi qu’au milieu du ciné avec 200 gonzesses en chaleur autour de soi…. quoi que? :D

    RépondreRépondre
  2. film de merde pour un livre de merde, c’est que les mal baisées qui l’ont lu

    RépondreRépondre
  3. Film de cul adapté d’un bouquin de cul pour ménagères en manque. Et pourtant ça fait un carton alors que c’est juste du vieux SM…ahlala

    RépondreRépondre
  4. encore un film de merde pour puceau qui tourne autour du cul pour faire de l’audience…

    RépondreRépondre
  5. J’ai cru que c’était Sasha Grey, j’ai commencé à sortir ma ptite bit

    RépondreRépondre
  6. Dans ma famille, de jour en jour, je constate que je suis la putain de brebis égarée.

    Ma mère qui a toujours rêvé de 3 enfants sages, serviables, travailleurs, gentils, agréables, polis, etc. Elle était sur la bonne voie jusqu’à que je débarque. Mal fringué, vulgaire, feignant, effronté. Tout mon portrait

    J’ai jamais voulu faire de peine à ma mère, mais bon. C’est comme ça quand y’a personne pour s’occuper du gosse. J’peux pas lui en vouloir, elle y est pour rien. Mon père est mort quand j’avais 7 ans, et ma mère trimait comme une acharnée pour nourrir trois bouches. Mais du coup j’ai pas eu d’éducation. C’est à ce moment là que j’ai dévié. Mon unique amie était ma nintendo Gamecube car j’aimais pas les gens.
    Y’avait bien une petite fille de ma classe ( qui est devenue ma meilleur ami par la suite ) Elle passait du temps avec moi. Sans doute la pité pour un enfant sans père. Aujourd’hui toujours à mes cotés, je ne peux que la remercier pour ce qu’elle a fait. Elle m’a surement empêché de tomber dans l’excès pendant mon adolescence. Elle m’a remis dans le droit chemin plusieurs fois sans vraiment réussir, mais au moins je tombais pas. J’avais pas la sensation de me détruire vu que pour moi tout était normal. Ma famille ne représentais rien pour moi parce que j’avais l’impression de rien représenter pour elle. Quand j’ai commencé à avoir une vrai sociale qui ne se limitais pas juste à mon amie, j’ai commencé à fumé, picoler en cachette. C’était le début de la décadence. La vrai décadence. J’étais un putain d’enculé à ce moment là. J’ai faillit perdre mes amis plusieurs fois… Comme si mon unique but était d’être le connard #1 ! Mais j’avais toujours mon amie. Comme Navi dans Zelda: Ocarina Of Time, c’était la petite voix qui te pétait la tête, que tu croyais inutile mais qui était finalement de bon conseil. Malgré le fait que j’ai été aidé de manière admirable par cette petite fée, j’ai quand même du tout apprendre tout seul. J’avais pas de père ou mère pour m’apprendre le monde, et pas de frères pour m’apprendre les 400 coups.
    Aujourd’hui je suis un mec transparent, qui vie au jour le jour. J’ai une manière de vivre remplie de principes, ce qui me bouffe pas mal de ma vie. Et pourtant j’y reste fidèle. Quoi de plus fier qu’un homme qui ne vie qu’avec ses principe et ne se laisse pas marcher dessus ?
    C’est bien ça que ma famille ne veut pas comprendre. Eux fidèles croyant et moi athée. Eux, abonnés aux urnes électorales et moi, faisant parti des absents. Passant leurs soirée à regardé le 20h à dire  » regarde moi ça , on se fait baiser la gueule « . Et quand je parle de révolution ou juste d’ouvrir notre gueule assez fort pour qu’on nous entende, je me transforme en alien. Parlant une langue qu’ils comprennent pas.

    Je suis encerclé de mecs fermés d’esprit. Des mecs qui n’ont jamais vu que ce qu’ils ont apprit. Ils n’ont jamais regardé plus loins que les limites que leurs éducation leurs a appris. Aujourd’hui j’ai juste ma partenaire de route, ma bande de pote, ma bite et mon couteau. Tout les jours j’ai cette sensation d’être un mec qui débarque de nul part, que personne ne me comprendra.

    Je sais pas si je dois être heureux ou triste d’être différents d’eux, mais putain, je suis sûr que je ne veux pas être comme eux !

    J’sais pas pourquoi j’ai voulu parler de ça. Ça m’a fait plaisir de partager ça avec vous.

    TL;DR: Ma famille et une sorte de cliché, et moi je les emmerde

    RépondreRépondre
  7. Ca a l’air regardable… enfin bon j’irais pas sauf si une meuf me force… (et que je peux la baiser pendant le film, bien entendu)

    RépondreRépondre
  8. Un mot: glauque !!!

    RépondreRépondre
  9. mississippisse: on peut en parler si tu veux

    RépondreRépondre
  10. Mississippi j’ai lu ton récit et je pense que tu devrais consulter un psychiatre ça te fera beaucoup de bien sincèrement, au moins tu pourra te confier à un professionnel et pas à une bande de couilles molles.

    RépondreRépondre
  11. @mississippi: Putain je suis d’accord vis ta vie ! Reste ouvert d’esprit , te laisse pas influencer par une pensée dominante qu’elle soit politique, religieuse,morale ou toute autre qu’elle vienne de gens proches ou éloignés.

    RépondreRépondre