Atterrissage mouvementé d’un Boeing 767 à Birmingham


Les passagers de ce Boeing 767 ont vécu un atterrissage mouvementé alors que l’avion se posait à Birmingham (Angleterre) à cause de fortes rafales de vent. Heureusement le pilote a géré la situation comme un chef.

Loading the player ...





12 commentaires

  1. c’est un peux son métier j’ai envie de dire …

    RépondreRépondre
  2. « Le pilote a géré la situation comme un pro »
    Il n’est pas justement censé être professionnel ?
    Sinon je m’inquiète et je vais en Australie en kayak.

    RépondreRépondre
  3. Ok j’ai édité :(

    RépondreRépondre

  4. surtout que Paul Walker ne conduisait pas le véhicule…

    RépondreRépondre
  5. Certains nt du retapisser les sièges ^^

    RépondreRépondre
  6. @Mpower: tu en tiens vraiment une couche, tu dois être déscolarisé ou au mieux smicard dans un vieux hlm

    RépondreRépondre
  7. Un professionnel aurait fait une remise de gaz et se serrait posé ailleurs.
    Ce type la c’est qu’un barjo.

    RépondreRépondre
  8. Non mais les débiles, c’est pas tous les jours qu’ils font des atterrissages de ce genre. Et heureusement.
    Un flic est un professionnel, ça ne l’empêche pas de se faire tuer dans une fusillade.

    Faut sortir de votre bulle purée…

    RépondreRépondre
  9. Ca me fera toujours pleurer de rire les « conseils » des mecs qui n’y connaissent rien mais qui font toujours mieux…

    RépondreRépondre
  10. Ce qui ne se voit pas, c’est la trace de freinage DANS l’avion…

    RépondreRépondre
  11. @Jean Naimard: J’ai rigolé :)

    RépondreRépondre
  12. Dommage pour le double atterissage et le decrabage presque inexistant.
    Mais.. « Posé pas cassé », dit on dans le metier !
    Mr Stew, non une remise de gaz avec degagement ne simpose pas sur simple « hard landing ».
    Si on doit degager sur un autre aeroport des qu’il y a du vent…il y en aurait beaucoup des vols annulés.
    Les conditions meteo ici sont venteux et dans ces cas là, c’est un vrai combat entre le pilote et les conditions meteo.
    C’est pas un atterissage doux, mais… tout semble dans les limites. (distance du seuil, alignement, etc…), donc pas de remise de gaz absolument necessaire.

    RépondreRépondre