Poizoné le clip choc contre la malbouffe


A La Réunion ils n’ont pas besoin du site mangerbouger.fr, ils ont mieux avec le clip Poizoné de Maloyab pour prévenir des dangers de la malbouffe et ça fait.. PEUR..






8 commentaires

  1. et??? Il y a quoi que nous pouvons mangé ? si meme la salade c’est du poison..

    RépondreRépondre
  2. Des croquettes pour chat

    RépondreRépondre
  3. Il a plus de seins que pas mal de filles ^^. Sinon sachant qu’il bouge pas son gros cul (la course il doit tenir 10s), et qu’il bouffe que des trucs de merde ben c’est pas étonnant qu’il soit comme ça U_u

    RépondreRépondre
  4. @blabla au rhum LOL Made my day

    RépondreRépondre
  5. Non, je ne suis pas Réunionnais.. ou du moins je ne cautionne pas ce clip !

    Vous n’avez pas eu besoin de traduction pour les paroles en créole ? :)

    RépondreRépondre
  6. Solution > Ne pas manger.
    Sens de la vie > Mourir.

    RépondreRépondre
  7. Énorme à 1:37

    DANGER : PANGASIUS (Piqué à l’urine de femme enceinte !)

    RépondreRépondre
  8. @MaxPayne

    e poisson aurait en fait été artificiellement reproduit pour la première fois par Boonbrahm en 1959 en utilisant une technique testée sur un autre panga (Pangasius bocourti) chez lequel une exposition à de l’urine de femme enceinte déclenchait la reproduction, grâce à une hormone12,13,14 : l’hCG, qui est commune à de nombreuses espèces. Cette hormone est en Europe fréquemment utilisée par les éleveurs d’ovins, bovins, chevaux pour synchroniser la reproduction au rythme souhaité par l’éleveur, hors saison sexuelle, et ainsi contrôler la fertilité des animaux élevés. Cette hormone traite aussi certains problèmes d’ovulation chez la femme, ainsi que certaines stérilités masculines. Pour provoquer l’ovulation de la femelle de cette espèce, le traitement doit être fractionné avec une phase préliminaire relativement longue. Les ovules qui vieillissent vite doivent être récoltés et fécondés rapidement. Les manipulations se font sur des poissons anesthésiés (phénoxy-2-éthanol).
    Ensuite, mais toujours en laboratoire, d’autres équipes l’ont reproduit : Potaros et Sitasit en 1976, puis les équipes d’Hardjamulia en 1981, de Thalathiah en 1988, d’Huy en 1990, de Kiem en 1992, Xuan en 1994, etc. C’est Philippe Cacot et son équipe qui ont appliqué ces techniques à une aquaculture à vocation productive, à partir de l’hormone hCG purifiée à partir d’urine. Au Viêt Nam, les deux espèces ont été reproduites en captivité en 1995 à Can Tho et Chau Doc, dans le cadre d’une coopération scientifique impliquant le CIRAD, l’IRD et trois partenaires vietnamiens : deux universités et une entreprise semi-publique vietnamienne d’aquaculture (Agifish15)16. Près de 300 écloseries ont été rapidement créées au Viêt Nam pour approvisionner les élevages en cages et/ou en étangs, tant pour fournir le marché local que pour l’export17,18,19 Au total, 1 500 millions de larves auraient été produites, rien qu’en 200520. Le cout des larves a chuté de 80 à 2-5 dongs pièce, et le coût des fingerlings ne compte plus que pour 15 % environ du coût total de production21. Des essais de reproduction ont aussi été faits à la fin des années 1990 sur des hybrides entre ces deux espèces22,23.

    source WIKI

    RépondreRépondre