Point incroyable au ping pong par Quentin Robinot


Pour moi le ping pong français se résumait à Jean-Philippe Gatien mais non, il y a d’autres talents comme Quentin Robinot qui s’est fait remarquer il y a quelques jours avec un point incroyable lors d’un tournoi au Koweït. De quoi dégouter son adversaire.

Loading the player ...





19 commentaires

  1. Il n’y croyait pas non plus Quentin…

    RépondreRépondre
  2. sport de tapette comme le curling :)

    RépondreRépondre
  3. Feinte de corps + feinte du regard, l’autre s’est fait mystifier !

    RépondreRépondre
  4. sport de tapette… comme moi :D

    RépondreRépondre
  5. @guez C’est toi la tapette!! Il faut un sacré physique pour jouer à ce niveau là!

    RépondreRépondre
  6. …Bon troll ce guez…

    RépondreRépondre
  7. @Minishaba: c’est vrai qu’ils ont un sacré physique étant donné qu’ils sont galbé comme des allumettes…

    RépondreRépondre
  8. Bahaha! J’adore le Cho de Barabanov pensant avoir fait le point et voir la balle revenir sur la table !
    Après ça de Robinot, j’attends une roulette de sa part ^^

    RépondreRépondre
  9. un sport parfait pour moi !

    RépondreRépondre
  10. j’adore le ping pong, surtout pour les balles

    RépondreRépondre
  11. Michel-MicehelMichel

    @guez: Je créée un groupe « Fan de Guez le gay » ce soir, t’assure trop mec.. Y’aura du monde qui va liker cette page n’est-ce pas???

    RépondreRépondre
  12. @Miyagi
    bon mon con,quand est ce que tu auras fini de supprimer mes commentaires et de laisser ceux qui t’arrange ?
    t’as l’air de te donner du mal pour moi t’en as pas marre ?
    PS:je souillerais ton site jusqu’à la mort :)

    RépondreRépondre
  13. Le qualificatif de pornographie gonzo apparaît aux États-Unis dans le courant de l’année 1989 sous la plume du rédacteur en chef du magazine AVN, Paul Fishbein, par référence au journalisme gonzo (littéralement : « dans le feu de l’action »), afin de désigner la production du réalisateur et ancien acteur pornographique John Stagliano1. La caractéristique première du genre est donc une généralisation de l’emploi de la caméra portée au cours de laquelle l’acteur tient la caméra en même temps qu’il interprète la scène. Le spectateur voit la séquence en plan extrêmement rapproché.

    Appliquée à la pornographie, cette technique immerge le spectateur dans la situation filmée. La caméra subjective, qui consiste à voir l’action au travers des yeux de l’acteur, (ou POV ((en) point of view) est donc logiquement l’une des recettes préférées de ce type de cinéma. Apparenté au porno « amateur » par cette volonté d’immersion (nombreux gros plans, mouvements de caméra « au poing »), ce type de films a vu émerger une forte demande aux États-Unis à partir du milieu des années 1990, ce qui amènera rapidement la fortune et la professionnalisation du genre. En fait, en raison du grossissement obtenu par cette méthode ainsi que du poids d’une caméra professionnelle, le film n’est pas exempt de sauts et d’imperfections diverses qui limitent l’emploi de ce type de prises de vue et qui sont autant de marques de fabrique supposées être des gages d’authenticité ou de naturel pour le spectateur.

    Aussi connu sous le nom de All Sex, le gonzo propose une réalisation axée sur le sexe aux dépens des scénarios, décors et dialogues des productions classiques. Le succès foudroyant de ce type de productions américaines est ainsi largement dû à ce sentiment de proximité dans les situations comme dans le casting (la fameuse girl next door ou « voisine de palier » qui contraste avec les bimbos siliconées des productions classiques) ainsi qu’aux pratiques hard (gang bang, gokkun, bukkake, stacking, gaping …) qui sont proposées.

    La durée des films (de 2 h à 2 h 30 en moyenne), le renouvellement constant des starlettes (qui marque par ailleurs le déclin du star system que l’on a connu précédemment), ainsi que la montée en intensité des scènes de sexe garantissent le succès du genre.

    On notera néanmoins l’apparition de courants tels que l’alt sex ou la volonté de certains réalisateurs (Otto Bauer/Audrey Hollander pour mach2 par exemple) d’investir dans le décor, les lumières, etc. pour proposer du gonzo sophistiqué, mais toujours extrême.

    RépondreRépondre
  14. Bof, les chinois font des trucs bien plus chouettes ^^

    RépondreRépondre
  15. @guez: T’es pire que la chiasse toi,ouvre toi les veines cela fera du bien a beaucoup de monde !

    RépondreRépondre
  16. Ta mère guez (lolilol)

    RépondreRépondre
  17. les deux du dessus enculez vous sa vous fera du bien :p

    RépondreRépondre
  18. @Oma: 100% d’accord.
    Pour les autres, don’t feed the troll!

    RépondreRépondre
  19. @Gronibar: sissii gros conard feed the troll :)

    RépondreRépondre