Collision et explosion d’une voiture en Russie


A chaque jour sa vidéo russe qui fait flipper. Aujourd’hui c’est un automobiliste qui roule un peu trop vite sur une route glissante, il va perdre le contrôle de son véhicule avant de percuter une autre voiture de plein fouet. Le choc est si terrible que le moteur explose instantanément.

Loading the player ...





10 commentaires

  1. c’est ça de mettre de la vodka pour faire comme dans fast and furious.

    RépondreRépondre
  2. Rouler aussi vite sur une route trempée comme ça et avec un déluge pareil faut vraiment être Russe *_*

    RépondreRépondre
  3. La sélection naturelle…

    RépondreRépondre
  4. J’ai vraiment l’impression au vue des nombreuses vidéos qu’ils roulent vraiment comme des tarés !

    RépondreRépondre
  5. ça doit être un véhicule qui roule au « GPL » !!! danger public !!!

    RépondreRépondre
  6. Je lui racontai d’abord ma vie. Puis je détaillai tout ce qui s’était passé avec la demi-portion depuis le soir où j’avais quitté le Blue Haven pour venir ici. Je dus parler pendant environ trois quarts d’heure. J’allai même jusqu’à lui faire une description complète de la demi-portion.
    Pendant ce temps-là, Sweet et sa petite amie vorace avaient englouti les deux oiseaux, ne laissant que les os. Sweet essuya les moustaches de Miss Peaches avec une serviette en papier. Elle mit alors sa tête sur les genoux de son maître en se calant contre ma cuisse. Sweet s’adossa contre le dossier du canapé et posa ses pieds nus sur la table basse.
    - Mon petit chéri, dit-il, tu es aussi noir que moi et je t’aime beaucoup. Je sens chez toi la rage du mac. Crois-moi, tu as de la chance que ce soit moi qui t’apprenne le métier. Alors, ouvre bien tes oreilles et souviens-toi de tout ce que je vais te dire.
    Il ya dans ce pays des milliers de nègres qui s’imaginent qu’ils sont des macs. Je ne prends même pas la peine de mentionner les macs blancs, ce sont des gonzesses. Aucun d’entre eux ne respecte les règles du livre. Ils n’en ont même jamais entendu parler. S’ils étaient noirs, ils mourraient de faim.
    En tout, il ne doit pas y en avoir plus de six qui connaissent le livre et qui sachent en observer les règles. Ce livre-là, tu ne le trouveras pas dans les manuels d’histoire qu’on fait lire aux Blancs et aux petits Noirs bien sages. La vérité, c’est que ce livre a été écrit dans leur tête par des nègres fiers et lucides, d’anciens esclaves libérés. Ils n’étaient pas paresseux, mais ils en avaient marre jusqu’à la nausée de cueillir le coton des Blancs et de lécher leur sale cul. Le temps de l’esclavage était gravé dans leur mémoire. Alors ils sont allés dans les grandes villes et ils ont vite compris.
    En fait, ces salauds de Blancs n’avaient pas libéré les nègres. Les grandes villes ressemblaient aux plantations de coton du Sud. Les Oncle Tom serviles continuaient d’accomplir les besognes les plus dures et les plus répugnantes pour le compte des Blancs.
    Ces nègres lucides, les héros de ce temps-là, hurlaient comme des mômes en colère. Ils voyaient les blancs qui continuaient à baiser les jolies Noires, comme au temps des plantations.
    Et les filles étaient des idiotes. Elles s’envoyaient en l’air gratuitement avec les Blancs. Elles ne se rendaient pas compte de tout le fric que pouvait rapporter leur gros cul noir et voluptueux.
    Alors, ces premiers macs noirs ont commencé à expliquer à ces idiotes qu’elles avaient une mine d’or entre les cuisses. Ils leur ont appris à tendre la main pour prendre le fric des Blancs. A l’époque les seuls nègres qui arrivaient à être des caïds dans ce pays, c’étaient les macs et les tricheurs.
    Ils étaient bien habillés et avaient des pur-sang. Ces macs étaient des Noirs de génie. Ce sont eux qui ont écrit ce livre dans leur tête, le grand livre du mac. Et aujourd’hui encore, s’il n’y avait pas cette armée de michetons blancs surexcités, les macs noirs crèveraient de faim.

    (…)

    Les petits Noirs bien honnêtes essaieront de te faire honte, mais ils seraient prêts à lécher le cul d’un âne pour devenir macs à leur tour. Pourtant, ils en seront toujours incapables parce que ce sont des caves et les caves ne sont que des gonzesses. Ils se laissent exploiter par leurs honnêtes femmes bien convenables. Mais toi, il faut que tu respectes les règles du livre des macs, ce livre que des hommes à l’âme noble ont écrit il y a un siècle. Quand tu te regardes dans la glace, tu dois savoir que ce petit salopard au coeur glacé qui est en face de toi est un être bien réel.

    RépondreRépondre
  7. @Melchior67: Je lui racontai d’abord ma vie. Puis je détaillai tout ce qui s’était passé avec la demi-portion depuis le soir où j’avais quitté le Blue Haven pour venir ici. Je dus parler pendant environ trois quarts d’heure. J’allai même jusqu’à lui faire une description complète de la demi-portion.
    Pendant ce temps-là, Sweet et sa petite amie vorace avaient englouti les deux oiseaux, ne laissant que les os. Sweet essuya les moustaches de Miss Peaches avec une serviette en papier. Elle mit alors sa tête sur les genoux de son maître en se calant contre ma cuisse. Sweet s’adossa contre le dossier du canapé et posa ses pieds nus sur la table basse.
    - Mon petit chéri, dit-il, tu es aussi noir que moi et je t’aime beaucoup. Je sens chez toi la rage du mac. Crois-moi, tu as de la chance que ce soit moi qui t’apprenne le métier. Alors, ouvre bien tes oreilles et souviens-toi de tout ce que je vais te dire.
    Il ya dans ce pays des milliers de nègres qui s’imaginent qu’ils sont des macs. Je ne prends même pas la peine de mentionner les macs blancs, ce sont des gonzesses. Aucun d’entre eux ne respecte les règles du livre. Ils n’en ont même jamais entendu parler. S’ils étaient noirs, ils mourraient de faim.
    En tout, il ne doit pas y en avoir plus de six qui connaissent le livre et qui sachent en observer les règles. Ce livre-là, tu ne le trouveras pas dans les manuels d’histoire qu’on fait lire aux Blancs et aux petits Noirs bien sages. La vérité, c’est que ce livre a été écrit dans leur tête par des nègres fiers et lucides, d’anciens esclaves libérés. Ils n’étaient pas paresseux, mais ils en avaient marre jusqu’à la nausée de cueillir le coton des Blancs et de lécher leur sale cul. Le temps de l’esclavage était gravé dans leur mémoire. Alors ils sont allés dans les grandes villes et ils ont vite compris.
    En fait, ces salauds de Blancs n’avaient pas libéré les nègres. Les grandes villes ressemblaient aux plantations de coton du Sud. Les Oncle Tom serviles continuaient d’accomplir les besognes les plus dures et les plus répugnantes pour le compte des Blancs.
    Ces nègres lucides, les héros de ce temps-là, hurlaient comme des mômes en colère. Ils voyaient les blancs qui continuaient à baiser les jolies Noires, comme au temps des plantations.
    Et les filles étaient des idiotes. Elles s’envoyaient en l’air gratuitement avec les Blancs. Elles ne se rendaient pas compte de tout le fric que pouvait rapporter leur gros cul noir et voluptueux.
    Alors, ces premiers macs noirs ont commencé à expliquer à ces idiotes qu’elles avaient une mine d’or entre les cuisses. Ils leur ont appris à tendre la main pour prendre le fric des Blancs. A l’époque les seuls nègres qui arrivaient à être des caïds dans ce pays, c’étaient les macs et les tricheurs.
    Ils étaient bien habillés et avaient des pur-sang. Ces macs étaient des Noirs de génie. Ce sont eux qui ont écrit ce livre dans leur tête, le grand livre du mac. Et aujourd’hui encore, s’il n’y avait pas cette armée de michetons blancs surexcités, les macs noirs crèveraient de faim.

    (…)

    Les petits Noirs bien honnêtes essaieront de te faire honte, mais ils seraient prêts à lécher le cul d’un âne pour devenir macs à leur tour. Pourtant, ils en seront toujours incapables parce que ce sont des caves et les caves ne sont que des gonzesses. Ils se laissent exploiter par leurs honnêtes femmes bien convenables. Mais toi, il faut que tu respectes les règles du livre des macs, ce livre que des hommes à l’âme noble ont écrit il y a un siècle. Quand tu te regardes dans la glace, tu dois savoir que ce petit salopard au coeur glacé qui est en face de toi est un être bien réel.Je lui racontai d’abord ma vie. Puis je détaillai tout ce qui s’était passé avec la demi-portion depuis le soir où j’avais quitté le Blue Haven pour venir ici. Je dus parler pendant environ trois quarts d’heure. J’allai même jusqu’à lui faire une description complète de la demi-portion.
    Pendant ce temps-là, Sweet et sa petite amie vorace avaient englouti les deux oiseaux, ne laissant que les os. Sweet essuya les moustaches de Miss Peaches avec une serviette en papier. Elle mit alors sa tête sur les genoux de son maître en se calant contre ma cuisse. Sweet s’adossa contre le dossier du canapé et posa ses pieds nus sur la table basse.
    - Mon petit chéri, dit-il, tu es aussi noir que moi et je t’aime beaucoup. Je sens chez toi la rage du mac. Crois-moi, tu as de la chance que ce soit moi qui t’apprenne le métier. Alors, ouvre bien tes oreilles et souviens-toi de tout ce que je vais te dire.
    Il ya dans ce pays des milliers de nègres qui s’imaginent qu’ils sont des macs. Je ne prends même pas la peine de mentionner les macs blancs, ce sont des gonzesses. Aucun d’entre eux ne respecte les règles du livre. Ils n’en ont même jamais entendu parler. S’ils étaient noirs, ils mourraient de faim.
    En tout, il ne doit pas y en avoir plus de six qui connaissent le livre et qui sachent en observer les règles. Ce livre-là, tu ne le trouveras pas dans les manuels d’histoire qu’on fait lire aux Blancs et aux petits Noirs bien sages. La vérité, c’est que ce livre a été écrit dans leur tête par des nègres fiers et lucides, d’anciens esclaves libérés. Ils n’étaient pas paresseux, mais ils en avaient marre jusqu’à la nausée de cueillir le coton des Blancs et de lécher leur sale cul. Le temps de l’esclavage était gravé dans leur mémoire. Alors ils sont allés dans les grandes villes et ils ont vite compris.
    En fait, ces salauds de Blancs n’avaient pas libéré les nègres. Les grandes villes ressemblaient aux plantations de coton du Sud. Les Oncle Tom serviles continuaient d’accomplir les besognes les plus dures et les plus répugnantes pour le compte des Blancs.
    Ces nègres lucides, les héros de ce temps-là, hurlaient comme des mômes en colère. Ils voyaient les blancs qui continuaient à baiser les jolies Noires, comme au temps des plantations.
    Et les filles étaient des idiotes. Elles s’envoyaient en l’air gratuitement avec les Blancs. Elles ne se rendaient pas compte de tout le fric que pouvait rapporter leur gros cul noir et voluptueux.
    Alors, ces premiers macs noirs ont commencé à expliquer à ces idiotes qu’elles avaient une mine d’or entre les cuisses. Ils leur ont appris à tendre la main pour prendre le fric des Blancs. A l’époque les seuls nègres qui arrivaient à être des caïds dans ce pays, c’étaient les macs et les tricheurs.
    Ils étaient bien habillés et avaient des pur-sang. Ces macs étaient des Noirs de génie. Ce sont eux qui ont écrit ce livre dans leur tête, le grand livre du mac. Et aujourd’hui encore, s’il n’y avait pas cette armée de michetons blancs surexcités, les macs noirs crèveraient de faim.

    (…)

    Les petits Noirs bien honnêtes essaieront de te faire honte, mais ils seraient prêts à lécher le cul d’un âne pour devenir macs à leur tour. Pourtant, ils en seront toujours incapables parce que ce sont des caves et les caves ne sont que des gonzesses. Ils se laissent exploiter par leurs honnêtes femmes bien convenables. Mais toi, il faut que tu respectes les règles du livre des macs, ce livre que des hommes à l’âme noble ont écrit il y a un siècle. Quand tu te regardes dans la glace, tu dois savoir que ce petit salopard au coeur glacé qui est en face de toi est un être bien réel.Je lui racontai d’abord ma vie. Puis je détaillai tout ce qui s’était passé avec la demi-portion depuis le soir où j’avais quitté le Blue Haven pour venir ici. Je dus parler pendant environ trois quarts d’heure. J’allai même jusqu’à lui faire une description complète de la demi-portion.
    Pendant ce temps-là, Sweet et sa petite amie vorace avaient englouti les deux oiseaux, ne laissant que les os. Sweet essuya les moustaches de Miss Peaches avec une serviette en papier. Elle mit alors sa tête sur les genoux de son maître en se calant contre ma cuisse. Sweet s’adossa contre le dossier du canapé et posa ses pieds nus sur la table basse.
    - Mon petit chéri, dit-il, tu es aussi noir que moi et je t’aime beaucoup. Je sens chez toi la rage du mac. Crois-moi, tu as de la chance que ce soit moi qui t’apprenne le métier. Alors, ouvre bien tes oreilles et souviens-toi de tout ce que je vais te dire.
    Il ya dans ce pays des milliers de nègres qui s’imaginent qu’ils sont des macs. Je ne prends même pas la peine de mentionner les macs blancs, ce sont des gonzesses. Aucun d’entre eux ne respecte les règles du livre. Ils n’en ont même jamais entendu parler. S’ils étaient noirs, ils mourraient de faim.
    En tout, il ne doit pas y en avoir plus de six qui connaissent le livre et qui sachent en observer les règles. Ce livre-là, tu ne le trouveras pas dans les manuels d’histoire qu’on fait lire aux Blancs et aux petits Noirs bien sages. La vérité, c’est que ce livre a été écrit dans leur tête par des nègres fiers et lucides, d’anciens esclaves libérés. Ils n’étaient pas paresseux, mais ils en avaient marre jusqu’à la nausée de cueillir le coton des Blancs et de lécher leur sale cul. Le temps de l’esclavage était gravé dans leur mémoire. Alors ils sont allés dans les grandes villes et ils ont vite compris.
    En fait, ces salauds de Blancs n’avaient pas libéré les nègres. Les grandes villes ressemblaient aux plantations de coton du Sud. Les Oncle Tom serviles continuaient d’accomplir les besognes les plus dures et les plus répugnantes pour le compte des Blancs.
    Ces nègres lucides, les héros de ce temps-là, hurlaient comme des mômes en colère. Ils voyaient les blancs qui continuaient à baiser les jolies Noires, comme au temps des plantations.
    Et les filles étaient des idiotes. Elles s’envoyaient en l’air gratuitement avec les Blancs. Elles ne se rendaient pas compte de tout le fric que pouvait rapporter leur gros cul noir et voluptueux.
    Alors, ces premiers macs noirs ont commencé à expliquer à ces idiotes qu’elles avaient une mine d’or entre les cuisses. Ils leur ont appris à tendre la main pour prendre le fric des Blancs. A l’époque les seuls nègres qui arrivaient à être des caïds dans ce pays, c’étaient les macs et les tricheurs.
    Ils étaient bien habillés et avaient des pur-sang. Ces macs étaient des Noirs de génie. Ce sont eux qui ont écrit ce livre dans leur tête, le grand livre du mac. Et aujourd’hui encore, s’il n’y avait pas cette armée de michetons blancs surexcités, les macs noirs crèveraient de faim.

    (…)

    Les petits Noirs bien honnêtes essaieront de te faire honte, mais ils seraient prêts à lécher le cul d’un âne pour devenir macs à leur tour. Pourtant, ils en seront toujours incapables parce que ce sont des caves et les caves ne sont que des gonzesses. Ils se laissent exploiter par leurs honnêtes femmes bien convenables. Mais toi, il faut que tu respectes les règles du livre des macs, ce livre que des hommes à l’âme noble ont écrit il y a un siècle. Quand tu te regardes dans la glace, tu dois savoir que ce petit salopard au coeur glacé qui est en face de toi est un être bien réel.Je lui racontai d’abord ma vie. Puis je détaillai tout ce qui s’était passé avec la demi-portion depuis le soir où j’avais quitté le Blue Haven pour venir ici. Je dus parler pendant environ trois quarts d’heure. J’allai même jusqu’à lui faire une description complète de la demi-portion.
    Pendant ce temps-là, Sweet et sa petite amie vorace avaient englouti les deux oiseaux, ne laissant que les os. Sweet essuya les moustaches de Miss Peaches avec une serviette en papier. Elle mit alors sa tête sur les genoux de son maître en se calant contre ma cuisse. Sweet s’adossa contre le dossier du canapé et posa ses pieds nus sur la table basse.
    - Mon petit chéri, dit-il, tu es aussi noir que moi et je t’aime beaucoup. Je sens chez toi la rage du mac. Crois-moi, tu as de la chance que ce soit moi qui t’apprenne le métier. Alors, ouvre bien tes oreilles et souviens-toi de tout ce que je vais te dire.
    Il ya dans ce pays des milliers de nègres qui s’imaginent qu’ils sont des macs. Je ne prends même pas la peine de mentionner les macs blancs, ce sont des gonzesses. Aucun d’entre eux ne respecte les règles du livre. Ils n’en ont même jamais entendu parler. S’ils étaient noirs, ils mourraient de faim.
    En tout, il ne doit pas y en avoir plus de six qui connaissent le livre et qui sachent en observer les règles. Ce livre-là, tu ne le trouveras pas dans les manuels d’histoire qu’on fait lire aux Blancs et aux petits Noirs bien sages. La vérité, c’est que ce livre a été écrit dans leur tête par des nègres fiers et lucides, d’anciens esclaves libérés. Ils n’étaient pas paresseux, mais ils en avaient marre jusqu’à la nausée de cueillir le coton des Blancs et de lécher leur sale cul. Le temps de l’esclavage était gravé dans leur mémoire. Alors ils sont allés dans les grandes villes et ils ont vite compris.
    En fait, ces salauds de Blancs n’avaient pas libéré les nègres. Les grandes villes ressemblaient aux plantations de coton du Sud. Les Oncle Tom serviles continuaient d’accomplir les besognes les plus dures et les plus répugnantes pour le compte des Blancs.
    Ces nègres lucides, les héros de ce temps-là, hurlaient comme des mômes en colère. Ils voyaient les blancs qui continuaient à baiser les jolies Noires, comme au temps des plantations.
    Et les filles étaient des idiotes. Elles s’envoyaient en l’air gratuitement avec les Blancs. Elles ne se rendaient pas compte de tout le fric que pouvait rapporter leur gros cul noir et voluptueux.
    Alors, ces premiers macs noirs ont commencé à expliquer à ces idiotes qu’elles avaient une mine d’or entre les cuisses. Ils leur ont appris à tendre la main pour prendre le fric des Blancs. A l’époque les seuls nègres qui arrivaient à être des caïds dans ce pays, c’étaient les macs et les tricheurs.
    Ils étaient bien habillés et avaient des pur-sang. Ces macs étaient des Noirs de génie. Ce sont eux qui ont écrit ce livre dans leur tête, le grand livre du mac. Et aujourd’hui encore, s’il n’y avait pas cette armée de michetons blancs surexcités, les macs noirs crèveraient de faim.

    (…)

    Les petits Noirs bien honnêtes essaieront de te faire honte, mais ils seraient prêts à lécher le cul d’un âne pour devenir macs à leur tour. Pourtant, ils en seront toujours incapables parce que ce sont des caves et les caves ne sont que des gonzesses. Ils se laissent exploiter par leurs honnêtes femmes bien convenables. Mais toi, il faut que tu respectes les règles du livre des macs, ce livre que des hommes à l’âme noble ont écrit il y a un siècle. Quand tu te regardes dans la glace, tu dois savoir que ce petit salopard au coeur glacé qui est en face de toi est un être bien réel.Je lui racontai d’abord ma vie. Puis je détaillai tout ce qui s’était passé avec la demi-portion depuis le soir où j’avais quitté le Blue Haven pour venir ici. Je dus parler pendant environ trois quarts d’heure. J’allai même jusqu’à lui faire une description complète de la demi-portion.
    Pendant ce temps-là, Sweet et sa petite amie vorace avaient englouti les deux oiseaux, ne laissant que les os. Sweet essuya les moustaches de Miss Peaches avec une serviette en papier. Elle mit alors sa tête sur les genoux de son maître en se calant contre ma cuisse. Sweet s’adossa contre le dossier du canapé et posa ses pieds nus sur la table basse.
    - Mon petit chéri, dit-il, tu es aussi noir que moi et je t’aime beaucoup. Je sens chez toi la rage du mac. Crois-moi, tu as de la chance que ce soit moi qui t’apprenne le métier. Alors, ouvre bien tes oreilles et souviens-toi de tout ce que je vais te dire.
    Il ya dans ce pays des milliers de nègres qui s’imaginent qu’ils sont des macs. Je ne prends même pas la peine de mentionner les macs blancs, ce sont des gonzesses. Aucun d’entre eux ne respecte les règles du livre. Ils n’en ont même jamais entendu parler. S’ils étaient noirs, ils mourraient de faim.
    En tout, il ne doit pas y en avoir plus de six qui connaissent le livre et qui sachent en observer les règles. Ce livre-là, tu ne le trouveras pas dans les manuels d’histoire qu’on fait lire aux Blancs et aux petits Noirs bien sages. La vérité, c’est que ce livre a été écrit dans leur tête par des nègres fiers et lucides, d’anciens esclaves libérés. Ils n’étaient pas paresseux, mais ils en avaient marre jusqu’à la nausée de cueillir le coton des Blancs et de lécher leur sale cul. Le temps de l’esclavage était gravé dans leur mémoire. Alors ils sont allés dans les grandes villes et ils ont vite compris.
    En fait, ces salauds de Blancs n’avaient pas libéré les nègres. Les grandes villes ressemblaient aux plantations de coton du Sud. Les Oncle Tom serviles continuaient d’accomplir les besognes les plus dures et les plus répugnantes pour le compte des Blancs.
    Ces nègres lucides, les héros de ce temps-là, hurlaient comme des mômes en colère. Ils voyaient les blancs qui continuaient à baiser les jolies Noires, comme au temps des plantations.
    Et les filles étaient des idiotes. Elles s’envoyaient en l’air gratuitement avec les Blancs. Elles ne se rendaient pas compte de tout le fric que pouvait rapporter leur gros cul noir et voluptueux.
    Alors, ces premiers macs noirs ont commencé à expliquer à ces idiotes qu’elles avaient une mine d’or entre les cuisses. Ils leur ont appris à tendre la main pour prendre le fric des Blancs. A l’époque les seuls nègres qui arrivaient à être des caïds dans ce pays, c’étaient les macs et les tricheurs.
    Ils étaient bien habillés et avaient des pur-sang. Ces macs étaient des Noirs de génie. Ce sont eux qui ont écrit ce livre dans leur tête, le grand livre du mac. Et aujourd’hui encore, s’il n’y avait pas cette armée de michetons blancs surexcités, les macs noirs crèveraient de faim.

    (…)

    Les petits Noirs bien honnêtes essaieront de te faire honte, mais ils seraient prêts à lécher le cul d’un âne pour devenir macs à leur tour. Pourtant, ils en seront toujours incapables parce que ce sont des caves et les caves ne sont que des gonzesses. Ils se laissent exploiter par leurs honnêtes femmes bien convenables. Mais toi, il faut que tu respectes les règles du livre des macs, ce livre que des hommes à l’âme noble ont écrit il y a un siècle. Quand tu te regardes dans la glace, tu dois savoir que ce petit salopard au coeur glacé qui est en face de toi est un être bien réel.Je lui racontai d’abord ma vie. Puis je détaillai tout ce qui s’était passé avec la demi-portion depuis le soir où j’avais quitté le Blue Haven pour venir ici. Je dus parler pendant environ trois quarts d’heure. J’allai même jusqu’à lui faire une description complète de la demi-portion.
    Pendant ce temps-là, Sweet et sa petite amie vorace avaient englouti les deux oiseaux, ne laissant que les os. Sweet essuya les moustaches de Miss Peaches avec une serviette en papier. Elle mit alors sa tête sur les genoux de son maître en se calant contre ma cuisse. Sweet s’adossa contre le dossier du canapé et posa ses pieds nus sur la table basse.
    - Mon petit chéri, dit-il, tu es aussi noir que moi et je t’aime beaucoup. Je sens chez toi la rage du mac. Crois-moi, tu as de la chance que ce soit moi qui t’apprenne le métier. Alors, ouvre bien tes oreilles et souviens-toi de tout ce que je vais te dire.
    Il ya dans ce pays des milliers de nègres qui s’imaginent qu’ils sont des macs. Je ne prends même pas la peine de mentionner les macs blancs, ce sont des gonzesses. Aucun d’entre eux ne respecte les règles du livre. Ils n’en ont même jamais entendu parler. S’ils étaient noirs, ils mourraient de faim.
    En tout, il ne doit pas y en avoir plus de six qui connaissent le livre et qui sachent en observer les règles. Ce livre-là, tu ne le trouveras pas dans les manuels d’histoire qu’on fait lire aux Blancs et aux petits Noirs bien sages. La vérité, c’est que ce livre a été écrit dans leur tête par des nègres fiers et lucides, d’anciens esclaves libérés. Ils n’étaient pas paresseux, mais ils en avaient marre jusqu’à la nausée de cueillir le coton des Blancs et de lécher leur sale cul. Le temps de l’esclavage était gravé dans leur mémoire. Alors ils sont allés dans les grandes villes et ils ont vite compris.
    En fait, ces salauds de Blancs n’avaient pas libéré les nègres. Les grandes villes ressemblaient aux plantations de coton du Sud. Les Oncle Tom serviles continuaient d’accomplir les besognes les plus dures et les plus répugnantes pour le compte des Blancs.
    Ces nègres lucides, les héros de ce temps-là, hurlaient comme des mômes en colère. Ils voyaient les blancs qui continuaient à baiser les jolies Noires, comme au temps des plantations.
    Et les filles étaient des idiotes. Elles s’envoyaient en l’air gratuitement avec les Blancs. Elles ne se rendaient pas compte de tout le fric que pouvait rapporter leur gros cul noir et voluptueux.
    Alors, ces premiers macs noirs ont commencé à expliquer à ces idiotes qu’elles avaient une mine d’or entre les cuisses. Ils leur ont appris à tendre la main pour prendre le fric des Blancs. A l’époque les seuls nègres qui arrivaient à être des caïds dans ce pays, c’étaient les macs et les tricheurs.
    Ils étaient bien habillés et avaient des pur-sang. Ces macs étaient des Noirs de génie. Ce sont eux qui ont écrit ce livre dans leur tête, le grand livre du mac. Et aujourd’hui encore, s’il n’y avait pas cette armée de michetons blancs surexcités, les macs noirs crèveraient de faim.

    (…)

    Les petits Noirs bien honnêtes essaieront de te faire honte, mais ils seraient prêts à lécher le cul d’un âne pour devenir macs à leur tour. Pourtant, ils en seront toujours incapables parce que ce sont des caves et les caves ne sont que des gonzesses. Ils se laissent exploiter par leurs honnêtes femmes bien convenables. Mais toi, il faut que tu respectes les règles du livre des macs, ce livre que des hommes à l’âme noble ont écrit il y a un siècle. Quand tu te regardes dans la glace, tu dois savoir que ce petit salopard au coeur glacé qui est en face de toi est un être bien réel.Je lui racontai d’abord ma vie. Puis je détaillai tout ce qui s’était passé avec la demi-portion depuis le soir où j’avais quitté le Blue Haven pour venir ici. Je dus parler pendant environ trois quarts d’heure. J’allai même jusqu’à lui faire une description complète de la demi-portion.
    Pendant ce temps-là, Sweet et sa petite amie vorace avaient englouti les deux oiseaux, ne laissant que les os. Sweet essuya les moustaches de Miss Peaches avec une serviette en papier. Elle mit alors sa tête sur les genoux de son maître en se calant contre ma cuisse. Sweet s’adossa contre le dossier du canapé et posa ses pieds nus sur la table basse.
    - Mon petit chéri, dit-il, tu es aussi noir que moi et je t’aime beaucoup. Je sens chez toi la rage du mac. Crois-moi, tu as de la chance que ce soit moi qui t’apprenne le métier. Alors, ouvre bien tes oreilles et souviens-toi de tout ce que je vais te dire.
    Il ya dans ce pays des milliers de nègres qui s’imaginent qu’ils sont des macs. Je ne prends même pas la peine de mentionner les macs blancs, ce sont des gonzesses. Aucun d’entre eux ne respecte les règles du livre. Ils n’en ont même jamais entendu parler. S’ils étaient noirs, ils mourraient de faim.
    En tout, il ne doit pas y en avoir plus de six qui connaissent le livre et qui sachent en observer les règles. Ce livre-là, tu ne le trouveras pas dans les manuels d’histoire qu’on fait lire aux Blancs et aux petits Noirs bien sages. La vérité, c’est que ce livre a été écrit dans leur tête par des nègres fiers et lucides, d’anciens esclaves libérés. Ils n’étaient pas paresseux, mais ils en avaient marre jusqu’à la nausée de cueillir le coton des Blancs et de lécher leur sale cul. Le temps de l’esclavage était gravé dans leur mémoire. Alors ils sont allés dans les grandes villes et ils ont vite compris.
    En fait, ces salauds de Blancs n’avaient pas libéré les nègres. Les grandes villes ressemblaient aux plantations de coton du Sud. Les Oncle Tom serviles continuaient d’accomplir les besognes les plus dures et les plus répugnantes pour le compte des Blancs.
    Ces nègres lucides, les héros de ce temps-là, hurlaient comme des mômes en colère. Ils voyaient les blancs qui continuaient à baiser les jolies Noires, comme au temps des plantations.
    Et les filles étaient des idiotes. Elles s’envoyaient en l’air gratuitement avec les Blancs. Elles ne se rendaient pas compte de tout le fric que pouvait rapporter leur gros cul noir et voluptueux.
    Alors, ces premiers macs noirs ont commencé à expliquer à ces idiotes qu’elles avaient une mine d’or entre les cuisses. Ils leur ont appris à tendre la main pour prendre le fric des Blancs. A l’époque les seuls nègres qui arrivaient à être des caïds dans ce pays, c’étaient les macs et les tricheurs.
    Ils étaient bien habillés et avaient des pur-sang. Ces macs étaient des Noirs de génie. Ce sont eux qui ont écrit ce livre dans leur tête, le grand livre du mac. Et aujourd’hui encore, s’il n’y avait pas cette armée de michetons blancs surexcités, les macs noirs crèveraient de faim.

    (…)

    Les petits Noirs bien honnêtes essaieront de te faire honte, mais ils seraient prêts à lécher le cul d’un âne pour devenir macs à leur tour. Pourtant, ils en seront toujours incapables parce que ce sont des caves et les caves ne sont que des gonzesses. Ils se laissent exploiter par leurs honnêtes femmes bien convenables. Mais toi, il faut que tu respectes les règles du livre des macs, ce livre que des hommes à l’âme noble ont écrit il y a un siècle. Quand tu te regardes dans la glace, tu dois savoir que ce petit salopard au coeur glacé qui est en face de toi est un être bien réel.Je lui racontai d’abord ma vie. Puis je détaillai tout ce qui s’était passé avec la demi-portion depuis le soir où j’avais quitté le Blue Haven pour venir ici. Je dus parler pendant environ trois quarts d’heure. J’allai même jusqu’à lui faire une description complète de la demi-portion.
    Pendant ce temps-là, Sweet et sa petite amie vorace avaient englouti les deux oiseaux, ne laissant que les os. Sweet essuya les moustaches de Miss Peaches avec une serviette en papier. Elle mit alors sa tête sur les genoux de son maître en se calant contre ma cuisse. Sweet s’adossa contre le dossier du canapé et posa ses pieds nus sur la table basse.
    - Mon petit chéri, dit-il, tu es aussi noir que moi et je t’aime beaucoup. Je sens chez toi la rage du mac. Crois-moi, tu as de la chance que ce soit moi qui t’apprenne le métier. Alors, ouvre bien tes oreilles et souviens-toi de tout ce que je vais te dire.
    Il ya dans ce pays des milliers de nègres qui s’imaginent qu’ils sont des macs. Je ne prends même pas la peine de mentionner les macs blancs, ce sont des gonzesses. Aucun d’entre eux ne respecte les règles du livre. Ils n’en ont même jamais entendu parler. S’ils étaient noirs, ils mourraient de faim.
    En tout, il ne doit pas y en avoir plus de six qui connaissent le livre et qui sachent en observer les règles. Ce livre-là, tu ne le trouveras pas dans les manuels d’histoire qu’on fait lire aux Blancs et aux petits Noirs bien sages. La vérité, c’est que ce livre a été écrit dans leur tête par des nègres fiers et lucides, d’anciens esclaves libérés. Ils n’étaient pas paresseux, mais ils en avaient marre jusqu’à la nausée de cueillir le coton des Blancs et de lécher leur sale cul. Le temps de l’esclavage était gravé dans leur mémoire. Alors ils sont allés dans les grandes villes et ils ont vite compris.
    En fait, ces salauds de Blancs n’avaient pas libéré les nègres. Les grandes villes ressemblaient aux plantations de coton du Sud. Les Oncle Tom serviles continuaient d’accomplir les besognes les plus dures et les plus répugnantes pour le compte des Blancs.
    Ces nègres lucides, les héros de ce temps-là, hurlaient comme des mômes en colère. Ils voyaient les blancs qui continuaient à baiser les jolies Noires, comme au temps des plantations.
    Et les filles étaient des idiotes. Elles s’envoyaient en l’air gratuitement avec les Blancs. Elles ne se rendaient pas compte de tout le fric que pouvait rapporter leur gros cul noir et voluptueux.
    Alors, ces premiers macs noirs ont commencé à expliquer à ces idiotes qu’elles avaient une mine d’or entre les cuisses. Ils leur ont appris à tendre la main pour prendre le fric des Blancs. A l’époque les seuls nègres qui arrivaient à être des caïds dans ce pays, c’étaient les macs et les tricheurs.
    Ils étaient bien habillés et avaient des pur-sang. Ces macs étaient des Noirs de génie. Ce sont eux qui ont écrit ce livre dans leur tête, le grand livre du mac. Et aujourd’hui encore, s’il n’y avait pas cette armée de michetons blancs surexcités, les macs noirs crèveraient de faim.

    (…)

    Les petits Noirs bien honnêtes essaieront de te faire honte, mais ils seraient prêts à lécher le cul d’un âne pour devenir macs à leur tour. Pourtant, ils en seront toujours incapables parce que ce sont des caves et les caves ne sont que des gonzesses. Ils se laissent exploiter par leurs honnêtes femmes bien convenables. Mais toi, il faut que tu respectes les règles du livre des macs, ce livre que des hommes à l’âme noble ont écrit il y a un siècle. Quand tu te regardes dans la glace, tu dois savoir que ce petit salopard au coeur glacé qui est en face de toi est un être bien réel.Je lui racontai d’abord ma vie. Puis je détaillai tout ce qui s’était passé avec la demi-portion depuis le soir où j’avais quitté le Blue Haven pour venir ici. Je dus parler pendant environ trois quarts d’heure. J’allai même jusqu’à lui faire une description complète de la demi-portion.
    Pendant ce temps-là, Sweet et sa petite amie vorace avaient englouti les deux oiseaux, ne laissant que les os. Sweet essuya les moustaches de Miss Peaches avec une serviette en papier. Elle mit alors sa tête sur les genoux de son maître en se calant contre ma cuisse. Sweet s’adossa contre le dossier du canapé et posa ses pieds nus sur la table basse.
    - Mon petit chéri, dit-il, tu es aussi noir que moi et je t’aime beaucoup. Je sens chez toi la rage du mac. Crois-moi, tu as de la chance que ce soit moi qui t’apprenne le métier. Alors, ouvre bien tes oreilles et souviens-toi de tout ce que je vais te dire.
    Il ya dans ce pays des milliers de nègres qui s’imaginent qu’ils sont des macs. Je ne prends même pas la peine de mentionner les macs blancs, ce sont des gonzesses. Aucun d’entre eux ne respecte les règles du livre. Ils n’en ont même jamais entendu parler. S’ils étaient noirs, ils mourraient de faim.
    En tout, il ne doit pas y en avoir plus de six qui connaissent le livre et qui sachent en observer les règles. Ce livre-là, tu ne le trouveras pas dans les manuels d’histoire qu’on fait lire aux Blancs et aux petits Noirs bien sages. La vérité, c’est que ce livre a été écrit dans leur tête par des nègres fiers et lucides, d’anciens esclaves libérés. Ils n’étaient pas paresseux, mais ils en avaient marre jusqu’à la nausée de cueillir le coton des Blancs et de lécher leur sale cul. Le temps de l’esclavage était gravé dans leur mémoire. Alors ils sont allés dans les grandes villes et ils ont vite compris.
    En fait, ces salauds de Blancs n’avaient pas libéré les nègres. Les grandes villes ressemblaient aux plantations de coton du Sud. Les Oncle Tom serviles continuaient d’accomplir les besognes les plus dures et les plus répugnantes pour le compte des Blancs.
    Ces nègres lucides, les héros de ce temps-là, hurlaient comme des mômes en colère. Ils voyaient les blancs qui continuaient à baiser les jolies Noires, comme au temps des plantations.
    Et les filles étaient des idiotes. Elles s’envoyaient en l’air gratuitement avec les Blancs. Elles ne se rendaient pas compte de tout le fric que pouvait rapporter leur gros cul noir et voluptueux.
    Alors, ces premiers macs noirs ont commencé à expliquer à ces idiotes qu’elles avaient une mine d’or entre les cuisses. Ils leur ont appris à tendre la main pour prendre le fric des Blancs. A l’époque les seuls nègres qui arrivaient à être des caïds dans ce pays, c’étaient les macs et les tricheurs.
    Ils étaient bien habillés et avaient des pur-sang. Ces macs étaient des Noirs de génie. Ce sont eux qui ont écrit ce livre dans leur tête, le grand livre du mac. Et aujourd’hui encore, s’il n’y avait pas cette armée de michetons blancs surexcités, les macs noirs crèveraient de faim.

    (…)

    Les petits Noirs bien honnêtes essaieront de te faire honte, mais ils seraient prêts à lécher le cul d’un âne pour devenir macs à leur tour. Pourtant, ils en seront toujours incapables parce que ce sont des caves et les caves ne sont que des gonzesses. Ils se laissent exploiter par leurs honnêtes femmes bien convenables. Mais toi, il faut que tu respectes les règles du livre des macs, ce livre que des hommes à l’âme noble ont écrit il y a un siècle. Quand tu te regardes dans la glace, tu dois savoir que ce petit salopard au coeur glacé qui est en face de toi est un être bien réel.Je lui racontai d’abord ma vie. Puis je détaillai tout ce qui s’était passé avec la demi-portion depuis le soir où j’avais quitté le Blue Haven pour venir ici. Je dus parler pendant environ trois quarts d’heure. J’allai même jusqu’à lui faire une description complète de la demi-portion.
    Pendant ce temps-là, Sweet et sa petite amie vorace avaient englouti les deux oiseaux, ne laissant que les os. Sweet essuya les moustaches de Miss Peaches avec une serviette en papier. Elle mit alors sa tête sur les genoux de son maître en se calant contre ma cuisse. Sweet s’adossa contre le dossier du canapé et posa ses pieds nus sur la table basse.
    - Mon petit chéri, dit-il, tu es aussi noir que moi et je t’aime beaucoup. Je sens chez toi la rage du mac. Crois-moi, tu as de la chance que ce soit moi qui t’apprenne le métier. Alors, ouvre bien tes oreilles et souviens-toi de tout ce que je vais te dire.
    Il ya dans ce pays des milliers de nègres qui s’imaginent qu’ils sont des macs. Je ne prends même pas la peine de mentionner les macs blancs, ce sont des gonzesses. Aucun d’entre eux ne respecte les règles du livre. Ils n’en ont même jamais entendu parler. S’ils étaient noirs, ils mourraient de faim.
    En tout, il ne doit pas y en avoir plus de six qui connaissent le livre et qui sachent en observer les règles. Ce livre-là, tu ne le trouveras pas dans les manuels d’histoire qu’on fait lire aux Blancs et aux petits Noirs bien sages. La vérité, c’est que ce livre a été écrit dans leur tête par des nègres fiers et lucides, d’anciens esclaves libérés. Ils n’étaient pas paresseux, mais ils en avaient marre jusqu’à la nausée de cueillir le coton des Blancs et de lécher leur sale cul. Le temps de l’esclavage était gravé dans leur mémoire. Alors ils sont allés dans les grandes villes et ils ont vite compris.
    En fait, ces salauds de Blancs n’avaient pas libéré les nègres. Les grandes villes ressemblaient aux plantations de coton du Sud. Les Oncle Tom serviles continuaient d’accomplir les besognes les plus dures et les plus répugnantes pour le compte des Blancs.
    Ces nègres lucides, les héros de ce temps-là, hurlaient comme des mômes en colère. Ils voyaient les blancs qui continuaient à baiser les jolies Noires, comme au temps des plantations.
    Et les filles étaient des idiotes. Elles s’envoyaient en l’air gratuitement avec les Blancs. Elles ne se rendaient pas compte de tout le fric que pouvait rapporter leur gros cul noir et voluptueux.
    Alors, ces premiers macs noirs ont commencé à expliquer à ces idiotes qu’elles avaient une mine d’or entre les cuisses. Ils leur ont appris à tendre la main pour prendre le fric des Blancs. A l’époque les seuls nègres qui arrivaient à être des caïds dans ce pays, c’étaient les macs et les tricheurs.
    Ils étaient bien habillés et avaient des pur-sang. Ces macs étaient des Noirs de génie. Ce sont eux qui ont écrit ce livre dans leur tête, le grand livre du mac. Et aujourd’hui encore, s’il n’y avait pas cette armée de michetons blancs surexcités, les macs noirs crèveraient de faim.

    (…)

    Les petits Noirs bien honnêtes essaieront de te faire honte, mais ils seraient prêts à lécher le cul d’un âne pour devenir macs à leur tour. Pourtant, ils en seront toujours incapables parce que ce sont des caves et les caves ne sont que des gonzesses. Ils se laissent exploiter par leurs honnêtes femmes bien convenables. Mais toi, il faut que tu respectes les règles du livre des macs, ce livre que des hommes à l’âme noble ont écrit il y a un siècle. Quand tu te regardes dans la glace, tu dois savoir que ce petit salopard au coeur glacé qui est en face de toi est un être bien réel.Je lui racontai d’abord ma vie. Puis je détaillai tout ce qui s’était passé avec la demi-portion depuis le soir où j’avais quitté le Blue Haven pour venir ici. Je dus parler pendant environ trois quarts d’heure. J’allai même jusqu’à lui faire une description complète de la demi-portion.
    Pendant ce temps-là, Sweet et sa petite amie vorace avaient englouti les deux oiseaux, ne laissant que les os. Sweet essuya les moustaches de Miss Peaches avec une serviette en papier. Elle mit alors sa tête sur les genoux de son maître en se calant contre ma cuisse. Sweet s’adossa contre le dossier du canapé et posa ses pieds nus sur la table basse.
    - Mon petit chéri, dit-il, tu es aussi noir que moi et je t’aime beaucoup. Je sens chez toi la rage du mac. Crois-moi, tu as de la chance que ce soit moi qui t’apprenne le métier. Alors, ouvre bien tes oreilles et souviens-toi de tout ce que je vais te dire.
    Il ya dans ce pays des milliers de nègres qui s’imaginent qu’ils sont des macs. Je ne prends même pas la peine de mentionner les macs blancs, ce sont des gonzesses. Aucun d’entre eux ne respecte les règles du livre. Ils n’en ont même jamais entendu parler. S’ils étaient noirs, ils mourraient de faim.
    En tout, il ne doit pas y en avoir plus de six qui connaissent le livre et qui sachent en observer les règles. Ce livre-là, tu ne le trouveras pas dans les manuels d’histoire qu’on fait lire aux Blancs et aux petits Noirs bien sages. La vérité, c’est que ce livre a été écrit dans leur tête par des nègres fiers et lucides, d’anciens esclaves libérés. Ils n’étaient pas paresseux, mais ils en avaient marre jusqu’à la nausée de cueillir le coton des Blancs et de lécher leur sale cul. Le temps de l’esclavage était gravé dans leur mémoire. Alors ils sont allés dans les grandes villes et ils ont vite compris.
    En fait, ces salauds de Blancs n’avaient pas libéré les nègres. Les grandes villes ressemblaient aux plantations de coton du Sud. Les Oncle Tom serviles continuaient d’accomplir les besognes les plus dures et les plus répugnantes pour le compte des Blancs.
    Ces nègres lucides, les héros de ce temps-là, hurlaient comme des mômes en colère. Ils voyaient les blancs qui continuaient à baiser les jolies Noires, comme au temps des plantations.
    Et les filles étaient des idiotes. Elles s’envoyaient en l’air gratuitement avec les Blancs. Elles ne se rendaient pas compte de tout le fric que pouvait rapporter leur gros cul noir et voluptueux.
    Alors, ces premiers macs noirs ont commencé à expliquer à ces idiotes qu’elles avaient une mine d’or entre les cuisses. Ils leur ont appris à tendre la main pour prendre le fric des Blancs. A l’époque les seuls nègres qui arrivaient à être des caïds dans ce pays, c’étaient les macs et les tricheurs.
    Ils étaient bien habillés et avaient des pur-sang. Ces macs étaient des Noirs de génie. Ce sont eux qui ont écrit ce livre dans leur tête, le grand livre du mac. Et aujourd’hui encore, s’il n’y avait pas cette armée de michetons blancs surexcités, les macs noirs crèveraient de faim.

    (…)

    Les petits Noirs bien honnêtes essaieront de te faire honte, mais ils seraient prêts à lécher le cul d’un âne pour devenir macs à leur tour. Pourtant, ils en seront toujours incapables parce que ce sont des caves et les caves ne sont que des gonzesses. Ils se laissent exploiter par leurs honnêtes femmes bien convenables. Mais toi, il faut que tu respectes les règles du livre des macs, ce livre que des hommes à l’âme noble ont écrit il y a un siècle. Quand tu te regardes dans la glace, tu dois savoir que ce petit salopard au coeur glacé qui est en face de toi est un être bien réel.Je lui racontai d’abord ma vie. Puis je détaillai tout ce qui s’était passé avec la demi-portion depuis le soir où j’avais quitté le Blue Haven pour venir ici. Je dus parler pendant environ trois quarts d’heure. J’allai même jusqu’à lui faire une description complète de la demi-portion.
    Pendant ce temps-là, Sweet et sa petite amie vorace avaient englouti les deux oiseaux, ne laissant que les os. Sweet essuya les moustaches de Miss Peaches avec une serviette en papier. Elle mit alors sa tête sur les genoux de son maître en se calant contre ma cuisse. Sweet s’adossa contre le dossier du canapé et posa ses pieds nus sur la table basse.
    - Mon petit chéri, dit-il, tu es aussi noir que moi et je t’aime beaucoup. Je sens chez toi la rage du mac. Crois-moi, tu as de la chance que ce soit moi qui t’apprenne le métier. Alors, ouvre bien tes oreilles et souviens-toi de tout ce que je vais te dire.
    Il ya dans ce pays des milliers de nègres qui s’imaginent qu’ils sont des macs. Je ne prends même pas la peine de mentionner les macs blancs, ce sont des gonzesses. Aucun d’entre eux ne respecte les règles du livre. Ils n’en ont même jamais entendu parler. S’ils étaient noirs, ils mourraient de faim.
    En tout, il ne doit pas y en avoir plus de six qui connaissent le livre et qui sachent en observer les règles. Ce livre-là, tu ne le trouveras pas dans les manuels d’histoire qu’on fait lire aux Blancs et aux petits Noirs bien sages. La vérité, c’est que ce livre a été écrit dans leur tête par des nègres fiers et lucides, d’anciens esclaves libérés. Ils n’étaient pas paresseux, mais ils en avaient marre jusqu’à la nausée de cueillir le coton des Blancs et de lécher leur sale cul. Le temps de l’esclavage était gravé dans leur mémoire. Alors ils sont allés dans les grandes villes et ils ont vite compris.
    En fait, ces salauds de Blancs n’avaient pas libéré les nègres. Les grandes villes ressemblaient aux plantations de coton du Sud. Les Oncle Tom serviles continuaient d’accomplir les besognes les plus dures et les plus répugnantes pour le compte des Blancs.
    Ces nègres lucides, les héros de ce temps-là, hurlaient comme des mômes en colère. Ils voyaient les blancs qui continuaient à baiser les jolies Noires, comme au temps des plantations.
    Et les filles étaient des idiotes. Elles s’envoyaient en l’air gratuitement avec les Blancs. Elles ne se rendaient pas compte de tout le fric que pouvait rapporter leur gros cul noir et voluptueux.
    Alors, ces premiers macs noirs ont commencé à expliquer à ces idiotes qu’elles avaient une mine d’or entre les cuisses. Ils leur ont appris à tendre la main pour prendre le fric des Blancs. A l’époque les seuls nègres qui arrivaient à être des caïds dans ce pays, c’étaient les macs et les tricheurs.
    Ils étaient bien habillés et avaient des pur-sang. Ces macs étaient des Noirs de génie. Ce sont eux qui ont écrit ce livre dans leur tête, le grand livre du mac. Et aujourd’hui encore, s’il n’y avait pas cette armée de michetons blancs surexcités, les macs noirs crèveraient de faim.

    (…)

    Les petits Noirs bien honnêtes essaieront de te faire honte, mais ils seraient prêts à lécher le cul d’un âne pour devenir macs à leur tour. Pourtant, ils en seront toujours incapables parce que ce sont des caves et les caves ne sont que des gonzesses. Ils se laissent exploiter par leurs honnêtes femmes bien convenables. Mais toi, il faut que tu respectes les règles du livre des macs, ce livre que des hommes à l’âme noble ont écrit il y a un siècle. Quand tu te regardes dans la glace, tu dois savoir que ce petit salopard au coeur glacé qui est en face de toi est un être bien réel.Je lui racontai d’abord ma vie. Puis je détaillai tout ce qui s’était passé avec la demi-portion depuis le soir où j’avais quitté le Blue Haven pour venir ici. Je dus parler pendant environ trois quarts d’heure. J’allai même jusqu’à lui faire une description complète de la demi-portion.
    Pendant ce temps-là, Sweet et sa petite amie vorace avaient englouti les deux oiseaux, ne laissant que les os. Sweet essuya les moustaches de Miss Peaches avec une serviette en papier. Elle mit alors sa tête sur les genoux de son maître en se calant contre ma cuisse. Sweet s’adossa contre le dossier du canapé et posa ses pieds nus sur la table basse.
    - Mon petit chéri, dit-il, tu es aussi noir que moi et je t’aime beaucoup. Je sens chez toi la rage du mac. Crois-moi, tu as de la chance que ce soit moi qui t’apprenne le métier. Alors, ouvre bien tes oreilles et souviens-toi de tout ce que je vais te dire.
    Il ya dans ce pays des milliers de nègres qui s’imaginent qu’ils sont des macs. Je ne prends même pas la peine de mentionner les macs blancs, ce sont des gonzesses. Aucun d’entre eux ne respecte les règles du livre. Ils n’en ont même jamais entendu parler. S’ils étaient noirs, ils mourraient de faim.
    En tout, il ne doit pas y en avoir plus de six qui connaissent le livre et qui sachent en observer les règles. Ce livre-là, tu ne le trouveras pas dans les manuels d’histoire qu’on fait lire aux Blancs et aux petits Noirs bien sages. La vérité, c’est que ce livre a été écrit dans leur tête par des nègres fiers et lucides, d’anciens esclaves libérés. Ils n’étaient pas paresseux, mais ils en avaient marre jusqu’à la nausée de cueillir le coton des Blancs et de lécher leur sale cul. Le temps de l’esclavage était gravé dans leur mémoire. Alors ils sont allés dans les grandes villes et ils ont vite compris.
    En fait, ces salauds de Blancs n’avaient pas libéré les nègres. Les grandes villes ressemblaient aux plantations de coton du Sud. Les Oncle Tom serviles continuaient d’accomplir les besognes les plus dures et les plus répugnantes pour le compte des Blancs.
    Ces nègres lucides, les héros de ce temps-là, hurlaient comme des mômes en colère. Ils voyaient les blancs qui continuaient à baiser les jolies Noires, comme au temps des plantations.
    Et les filles étaient des idiotes. Elles s’envoyaient en l’air gratuitement avec les Blancs. Elles ne se rendaient pas compte de tout le fric que pouvait rapporter leur gros cul noir et voluptueux.
    Alors, ces premiers macs noirs ont commencé à expliquer à ces idiotes qu’elles avaient une mine d’or entre les cuisses. Ils leur ont appris à tendre la main pour prendre le fric des Blancs. A l’époque les seuls nègres qui arrivaient à être des caïds dans ce pays, c’étaient les macs et les tricheurs.
    Ils étaient bien habillés et avaient des pur-sang. Ces macs étaient des Noirs de génie. Ce sont eux qui ont écrit ce livre dans leur tête, le grand livre du mac. Et aujourd’hui encore, s’il n’y avait pas cette armée de michetons blancs surexcités, les macs noirs crèveraient de faim.

    (…)

    Les petits Noirs bien honnêtes essaieront de te faire honte, mais ils seraient prêts à lécher le cul d’un âne pour devenir macs à leur tour. Pourtant, ils en seront toujours incapables parce que ce sont des caves et les caves ne sont que des gonzesses. Ils se laissent exploiter par leurs honnêtes femmes bien convenables. Mais toi, il faut que tu respectes les règles du livre des macs, ce livre que des hommes à l’âme noble ont écrit il y a un siècle. Quand tu te regardes dans la glace, tu dois savoir que ce petit salopard au coeur glacé qui est en face de toi est un être bien réel.Je lui racontai d’abord ma vie. Puis je détaillai tout ce qui s’était passé avec la demi-portion depuis le soir où j’avais quitté le Blue Haven pour venir ici. Je dus parler pendant environ trois quarts d’heure. J’allai même jusqu’à lui faire une description complète de la demi-portion.
    Pendant ce temps-là, Sweet et sa petite amie vorace avaient englouti les deux oiseaux, ne laissant que les os. Sweet essuya les moustaches de Miss Peaches avec une serviette en papier. Elle mit alors sa tête sur les genoux de son maître en se calant contre ma cuisse. Sweet s’adossa contre le dossier du canapé et posa ses pieds nus sur la table basse.
    - Mon petit chéri, dit-il, tu es aussi noir que moi et je t’aime beaucoup. Je sens chez toi la rage du mac. Crois-moi, tu as de la chance que ce soit moi qui t’apprenne le métier. Alors, ouvre bien tes oreilles et souviens-toi de tout ce que je vais te dire.
    Il ya dans ce pays des milliers de nègres qui s’imaginent qu’ils sont des macs. Je ne prends même pas la peine de mentionner les macs blancs, ce sont des gonzesses. Aucun d’entre eux ne respecte les règles du livre. Ils n’en ont même jamais entendu parler. S’ils étaient noirs, ils mourraient de faim.
    En tout, il ne doit pas y en avoir plus de six qui connaissent le livre et qui sachent en observer les règles. Ce livre-là, tu ne le trouveras pas dans les manuels d’histoire qu’on fait lire aux Blancs et aux petits Noirs bien sages. La vérité, c’est que ce livre a été écrit dans leur tête par des nègres fiers et lucides, d’anciens esclaves libérés. Ils n’étaient pas paresseux, mais ils en avaient marre jusqu’à la nausée de cueillir le coton des Blancs et de lécher leur sale cul. Le temps de l’esclavage était gravé dans leur mémoire. Alors ils sont allés dans les grandes villes et ils ont vite compris.
    En fait, ces salauds de Blancs n’avaient pas libéré les nègres. Les grandes villes ressemblaient aux plantations de coton du Sud. Les Oncle Tom serviles continuaient d’accomplir les besognes les plus dures et les plus répugnantes pour le compte des Blancs.
    Ces nègres lucides, les héros de ce temps-là, hurlaient comme des mômes en colère. Ils voyaient les blancs qui continuaient à baiser les jolies Noires, comme au temps des plantations.
    Et les filles étaient des idiotes. Elles s’envoyaient en l’air gratuitement avec les Blancs. Elles ne se rendaient pas compte de tout le fric que pouvait rapporter leur gros cul noir et voluptueux.
    Alors, ces premiers macs noirs ont commencé à expliquer à ces idiotes qu’elles avaient une mine d’or entre les cuisses. Ils leur ont appris à tendre la main pour prendre le fric des Blancs. A l’époque les seuls nègres qui arrivaient à être des caïds dans ce pays, c’étaient les macs et les tricheurs.
    Ils étaient bien habillés et avaient des pur-sang. Ces macs étaient des Noirs de génie. Ce sont eux qui ont écrit ce livre dans leur tête, le grand livre du mac. Et aujourd’hui encore, s’il n’y avait pas cette armée de michetons blancs surexcités, les macs noirs crèveraient de faim.

    (…)

    Les petits Noirs bien honnêtes essaieront de te faire honte, mais ils seraient prêts à lécher le cul d’un âne pour devenir macs à leur tour. Pourtant, ils en seront toujours incapables parce que ce sont des caves et les caves ne sont que des gonzesses. Ils se laissent exploiter par leurs honnêtes femmes bien convenables. Mais toi, il faut que tu respectes les règles du livre des macs, ce livre que des hommes à l’âme noble ont écrit il y a un siècle. Quand tu te regardes dans la glace, tu dois savoir que ce petit salopard au coeur glacé qui est en face de toi est un être bien réel.Je lui racontai d’abord ma vie. Puis je détaillai tout ce qui s’était passé avec la demi-portion depuis le soir où j’avais quitté le Blue Haven pour venir ici. Je dus parler pendant environ trois quarts d’heure. J’allai même jusqu’à lui faire une description complète de la demi-portion.
    Pendant ce temps-là, Sweet et sa petite amie vorace avaient englouti les deux oiseaux, ne laissant que les os. Sweet essuya les moustaches de Miss Peaches avec une serviette en papier. Elle mit alors sa tête sur les genoux de son maître en se calant contre ma cuisse. Sweet s’adossa contre le dossier du canapé et posa ses pieds nus sur la table basse.
    - Mon petit chéri, dit-il, tu es aussi noir que moi et je t’aime beaucoup. Je sens chez toi la rage du mac. Crois-moi, tu as de la chance que ce soit moi qui t’apprenne le métier. Alors, ouvre bien tes oreilles et souviens-toi de tout ce que je vais te dire.
    Il ya dans ce pays des milliers de nègres qui s’imaginent qu’ils sont des macs. Je ne prends même pas la peine de mentionner les macs blancs, ce sont des gonzesses. Aucun d’entre eux ne respecte les règles du livre. Ils n’en ont même jamais entendu parler. S’ils étaient noirs, ils mourraient de faim.
    En tout, il ne doit pas y en avoir plus de six qui connaissent le livre et qui sachent en observer les règles. Ce livre-là, tu ne le trouveras pas dans les manuels d’histoire qu’on fait lire aux Blancs et aux petits Noirs bien sages. La vérité, c’est que ce livre a été écrit dans leur tête par des nègres fiers et lucides, d’anciens esclaves libérés. Ils n’étaient pas paresseux, mais ils en avaient marre jusqu’à la nausée de cueillir le coton des Blancs et de lécher leur sale cul. Le temps de l’esclavage était gravé dans leur mémoire. Alors ils sont allés dans les grandes villes et ils ont vite compris.
    En fait, ces salauds de Blancs n’avaient pas libéré les nègres. Les grandes villes ressemblaient aux plantations de coton du Sud. Les Oncle Tom serviles continuaient d’accomplir les besognes les plus dures et les plus répugnantes pour le compte des Blancs.
    Ces nègres lucides, les héros de ce temps-là, hurlaient comme des mômes en colère. Ils voyaient les blancs qui continuaient à baiser les jolies Noires, comme au temps des plantations.
    Et les filles étaient des idiotes. Elles s’envoyaient en l’air gratuitement avec les Blancs. Elles ne se rendaient pas compte de tout le fric que pouvait rapporter leur gros cul noir et voluptueux.
    Alors, ces premiers macs noirs ont commencé à expliquer à ces idiotes qu’elles avaient une mine d’or entre les cuisses. Ils leur ont appris à tendre la main pour prendre le fric des Blancs. A l’époque les seuls nègres qui arrivaient à être des caïds dans ce pays, c’étaient les macs et les tricheurs.
    Ils étaient bien habillés et avaient des pur-sang. Ces macs étaient des Noirs de génie. Ce sont eux qui ont écrit ce livre dans leur tête, le grand livre du mac. Et aujourd’hui encore, s’il n’y avait pas cette armée de michetons blancs surexcités, les macs noirs crèveraient de faim.

    (…)

    Les petits Noirs bien honnêtes essaieront de te faire honte, mais ils seraient prêts à lécher le cul d’un âne pour devenir macs à leur tour. Pourtant, ils en seront toujours incapables parce que ce sont des caves et les caves ne sont que des gonzesses. Ils se laissent exploiter par leurs honnêtes femmes bien convenables. Mais toi, il faut que tu respectes les règles du livre des macs, ce livre que des hommes à l’âme noble ont écrit il y a un siècle. Quand tu te regardes dans la glace, tu dois savoir que ce petit salopard au coeur glacé qui est en face de toi est un être bien réel.Je lui racontai d’abord ma vie. Puis je détaillai tout ce qui s’était passé avec la demi-portion depuis le soir où j’avais quitté le Blue Haven pour venir ici. Je dus parler pendant environ trois quarts d’heure. J’allai même jusqu’à lui faire une description complète de la demi-portion.
    Pendant ce temps-là, Sweet et sa petite amie vorace avaient englouti les deux oiseaux, ne laissant que les os. Sweet essuya les moustaches de Miss Peaches avec une serviette en papier. Elle mit alors sa tête sur les genoux de son maître en se calant contre ma cuisse. Sweet s’adossa contre le dossier du canapé et posa ses pieds nus sur la table basse.
    - Mon petit chéri, dit-il, tu es aussi noir que moi et je t’aime beaucoup. Je sens chez toi la rage du mac. Crois-moi, tu as de la chance que ce soit moi qui t’apprenne le métier. Alors, ouvre bien tes oreilles et souviens-toi de tout ce que je vais te dire.
    Il ya dans ce pays des milliers de nègres qui s’imaginent qu’ils sont des macs. Je ne prends même pas la peine de mentionner les macs blancs, ce sont des gonzesses. Aucun d’entre eux ne respecte les règles du livre. Ils n’en ont même jamais entendu parler. S’ils étaient noirs, ils mourraient de faim.
    En tout, il ne doit pas y en avoir plus de six qui connaissent le livre et qui sachent en observer les règles. Ce livre-là, tu ne le trouveras pas dans les manuels d’histoire qu’on fait lire aux Blancs et aux petits Noirs bien sages. La vérité, c’est que ce livre a été écrit dans leur tête par des nègres fiers et lucides, d’anciens esclaves libérés. Ils n’étaient pas paresseux, mais ils en avaient marre jusqu’à la nausée de cueillir le coton des Blancs et de lécher leur sale cul. Le temps de l’esclavage était gravé dans leur mémoire. Alors ils sont allés dans les grandes villes et ils ont vite compris.
    En fait, ces salauds de Blancs n’avaient pas libéré les nègres. Les grandes villes ressemblaient aux plantations de coton du Sud. Les Oncle Tom serviles continuaient d’accomplir les besognes les plus dures et les plus répugnantes pour le compte des Blancs.
    Ces nègres lucides, les héros de ce temps-là, hurlaient comme des mômes en colère. Ils voyaient les blancs qui continuaient à baiser les jolies Noires, comme au temps des plantations.
    Et les filles étaient des idiotes. Elles s’envoyaient en l’air gratuitement avec les Blancs. Elles ne se rendaient pas compte de tout le fric que pouvait rapporter leur gros cul noir et voluptueux.
    Alors, ces premiers macs noirs ont commencé à expliquer à ces idiotes qu’elles avaient une mine d’or entre les cuisses. Ils leur ont appris à tendre la main pour prendre le fric des Blancs. A l’époque les seuls nègres qui arrivaient à être des caïds dans ce pays, c’étaient les macs et les tricheurs.
    Ils étaient bien habillés et avaient des pur-sang. Ces macs étaient des Noirs de génie. Ce sont eux qui ont écrit ce livre dans leur tête, le grand livre du mac. Et aujourd’hui encore, s’il n’y avait pas cette armée de michetons blancs surexcités, les macs noirs crèveraient de faim.

    (…)

    Les petits Noirs bien honnêtes essaieront de te faire honte, mais ils seraient prêts à lécher le cul d’un âne pour devenir macs à leur tour. Pourtant, ils en seront toujours incapables parce que ce sont des caves et les caves ne sont que des gonzesses. Ils se laissent exploiter par leurs honnêtes femmes bien convenables. Mais toi, il faut que tu respectes les règles du livre des macs, ce livre que des hommes à l’âme noble ont écrit il y a un siècle. Quand tu te regardes dans la glace, tu dois savoir que ce petit salopard au coeur glacé qui est en face de toi est un être bien réel.Je lui racontai d’abord ma vie. Puis je détaillai tout ce qui s’était passé avec la demi-portion depuis le soir où j’avais quitté le Blue Haven pour venir ici. Je dus parler pendant environ trois quarts d’heure. J’allai même jusqu’à lui faire une description complète de la demi-portion.
    Pendant ce temps-là, Sweet et sa petite amie vorace avaient englouti les deux oiseaux, ne laissant que les os. Sweet essuya les moustaches de Miss Peaches avec une serviette en papier. Elle mit alors sa tête sur les genoux de son maître en se calant contre ma cuisse. Sweet s’adossa contre le dossier du canapé et posa ses pieds nus sur la table basse.
    - Mon petit chéri, dit-il, tu es aussi noir que moi et je t’aime beaucoup. Je sens chez toi la rage du mac. Crois-moi, tu as de la chance que ce soit moi qui t’apprenne le métier. Alors, ouvre bien tes oreilles et souviens-toi de tout ce que je vais te dire.
    Il ya dans ce pays des milliers de nègres qui s’imaginent qu’ils sont des macs. Je ne prends même pas la peine de mentionner les macs blancs, ce sont des gonzesses. Aucun d’entre eux ne respecte les règles du livre. Ils n’en ont même jamais entendu parler. S’ils étaient noirs, ils mourraient de faim.
    En tout, il ne doit pas y en avoir plus de six qui connaissent le livre et qui sachent en observer les règles. Ce livre-là, tu ne le trouveras pas dans les manuels d’histoire qu’on fait lire aux Blancs et aux petits Noirs bien sages. La vérité, c’est que ce livre a été écrit dans leur tête par des nègres fiers et lucides, d’anciens esclaves libérés. Ils n’étaient pas paresseux, mais ils en avaient marre jusqu’à la nausée de cueillir le coton des Blancs et de lécher leur sale cul. Le temps de l’esclavage était gravé dans leur mémoire. Alors ils sont allés dans les grandes villes et ils ont vite compris.
    En fait, ces salauds de Blancs n’avaient pas libéré les nègres. Les grandes villes ressemblaient aux plantations de coton du Sud. Les Oncle Tom serviles continuaient d’accomplir les besognes les plus dures et les plus répugnantes pour le compte des Blancs.
    Ces nègres lucides, les héros de ce temps-là, hurlaient comme des mômes en colère. Ils voyaient les blancs qui continuaient à baiser les jolies Noires, comme au temps des plantations.
    Et les filles étaient des idiotes. Elles s’envoyaient en l’air gratuitement avec les Blancs. Elles ne se rendaient pas compte de tout le fric que pouvait rapporter leur gros cul noir et voluptueux.
    Alors, ces premiers macs noirs ont commencé à expliquer à ces idiotes qu’elles avaient une mine d’or entre les cuisses. Ils leur ont appris à tendre la main pour prendre le fric des Blancs. A l’époque les seuls nègres qui arrivaient à être des caïds dans ce pays, c’étaient les macs et les tricheurs.
    Ils étaient bien habillés et avaient des pur-sang. Ces macs étaient des Noirs de génie. Ce sont eux qui ont écrit ce livre dans leur tête, le grand livre du mac. Et aujourd’hui encore, s’il n’y avait pas cette armée de michetons blancs surexcités, les macs noirs crèveraient de faim.

    (…)

    Les petits Noirs bien honnêtes essaieront de te faire honte, mais ils seraient prêts à lécher le cul d’un âne pour devenir macs à leur tour. Pourtant, ils en seront toujours incapables parce que ce sont des caves et les caves ne sont que des gonzesses. Ils se laissent exploiter par leurs honnêtes femmes bien convenables. Mais toi, il faut que tu respectes les règles du livre des macs, ce livre que des hommes à l’âme noble ont écrit il y a un siècle. Quand tu te regardes dans la glace, tu dois savoir que ce petit salopard au coeur glacé qui est en face de toi est un être bien réel.Je lui racontai d’abord ma vie. Puis je détaillai tout ce qui s’était passé avec la demi-portion depuis le soir où j’avais quitté le Blue Haven pour venir ici. Je dus parler pendant environ trois quarts d’heure. J’allai même jusqu’à lui faire une description complète de la demi-portion.
    Pendant ce temps-là, Sweet et sa petite amie vorace avaient englouti les deux oiseaux, ne laissant que les os. Sweet essuya les moustaches de Miss Peaches avec une serviette en papier. Elle mit alors sa tête sur les genoux de son maître en se calant contre ma cuisse. Sweet s’adossa contre le dossier du canapé et posa ses pieds nus sur la table basse.
    - Mon petit chéri, dit-il, tu es aussi noir que moi et je t’aime beaucoup. Je sens chez toi la rage du mac. Crois-moi, tu as de la chance que ce soit moi qui t’apprenne le métier. Alors, ouvre bien tes oreilles et souviens-toi de tout ce que je vais te dire.
    Il ya dans ce pays des milliers de nègres qui s’imaginent qu’ils so

    RépondreRépondre
  8. Issu de la magnifique oeuvre

    Pimp: the story of my life

    RépondreRépondre
  9. fake j’ai lu le texte et il est copié coller a chaque paragraphe !

    ( au passage c’est les bouteilles de vodka du conducteur qui ont du s’enflammer a l’impact !)

    RépondreRépondre
  10. A NON en fait c’est Michael BAY qui à installer l’airBag .

    RépondreRépondre