Atterrissages impressionnants à Bilbao à cause d’une tempête


Une petite tempête est passée sur le Pays Basque accompagnée de vents violents allant jusqu’à 140 km/h, l’aéroport de Bilbao a dérouté alors pas mal de vols vers d’autres aéroports mais certains pilotes ont tenté d’atterrir. Les passagers ont du mouiller leur slip !

Loading the player ...





14 commentaires

  1. Lapiiiiiiiiiiin

    RépondreRépondre
  2. Ils ont du bien serrer les fesses là …

    RépondreRépondre
  3. Stop and go ftw !

    RépondreRépondre
  4. il fa

    RépondreRépondre
  5. il faut des balls of steel pour tenter par ce vent !

    RépondreRépondre
  6. PAYS BASQUE RULES !!!

    RépondreRépondre
  7. LA TAILLE NE Fé PA TOUS

    RépondreRépondre
  8. Les pilotes gèrent, tandis que les passagers ont tous marqué les fauteuils lol

    RépondreRépondre
  9. FreddyGoesToTheMoon

    Là au moins les applaudissements de la part des passagers sont justifiés…

    RépondreRépondre
  10. Dans une situation craignos comme celle-ci, un pilote choisi de se derouter ou de remettre les gaz plutot que de jouer à la roulette russe avec un avion et des passagers… Je parierai beaucoup que le premier avion qui pose dans la video, le CRJ900 d’Iberia, est passé par la case maintenance poussée, et que le pilote s’est pris une ronflante.

    RépondreRépondre
  11. Ah mon avis, c’est comme chez nous en Corse, ils disent 140km/h, mais il devait y avoir des rafales à plus de 200 km/h, sinon des atterrissages comme ça ils y en aurait tous les 2 mois.

    RépondreRépondre
  12. Denis-Michel Brochet

    @FreddyGoesToTheMoon: @FreddyGoesToTheMoon: @FreddyGoesToTheMoon: Non c’est totalement inadmissible. Un pilote doit se dérouter. Ce n’est pas un jeu. J’ai vécu ça aux USA, le pilote a tout fait pour nous faire atterrir à L.A. en pleine tempête, on a été ballotté 20 minutes, les casiers à bagages se sont ouverts tant la carlingue se déformait, et on a pris les valises sur la tête (c’était un 707). Le pilote aurait du se poser sur l’un des nombreux aéroports se trouvant sur sa route. Il a pris des risques pour rien. L’aéroport étant inondé on a du attendre plusieurs heures pour quitter les lieux.

    RépondreRépondre
  13. Denis-Michel Brochet

    C’était souvent le cas dans le temps avec les pilotes chevronnés : mettre un point d’honneur à se poser quand ça craint un max alors que les avions ont toujours suffisamment de kérosène pour voler encore une heure, ce n’est pas admissible.

    RépondreRépondre
  14. Denis-Michel Brochet

    @mimix: Avoir des couilles est une chose, agir en personne responsable de ses passagers en est une autre !

    RépondreRépondre